Comment se préparer au mieux au post-partum :

Dernière mise à jour : 24 nov.

Les 1ers instants d'une nouvelle vie !


Le post-partum, le quatrième trimestre, le mois d'or, la matrescence, ... tant de termes pour décrire cette période qui suit directement l'accouchement. Ils ont tous en commun une chose : celle d'indiquer qu'il y a bien une autre étape après la venue au monde de votre bébé.


De plus en plus, les langues se délient autour de cette période, après qu'elle ait été si longtemps passé sous silence. Fini le grand tabou, le secret autour de ce qui se passe dans nos corps, dans nos têtes, dans notre couple, au sein de nos familles, une fois le précieux petit être porté pendant 9 mois, enfin dans nos bras.


Longtemps on nous a laissé croire que le plus dur était derrière nous une fois l'accouchement passé, que désormais tout ne serait que calme et volupté, mais la réalité est toute autre. Le challenge, à présent, c'est de se créer une nouvelle vie, avec ce petit membre en plus dans la famille, sans y laisser toutes nos plumes.



Le post-partum, qu'est-ce que c'est ?


Laissez-moi d'abord vous éclairer sur ce qu'est le post-partum. Selon la définition d'usage : c'est la période qui va de l'accouchement jusqu'au retour des règles... Bien bien bien... Nous voilà bien avancé avec ça ! Pas une ligne, pas un mot de plus, ...


En réalité, ce post-partum, qui revêt différentes formes et se compose de plusieurs étapes, peut durer bien plus longtemps que jusqu'au retour de couches (le retour des premières règles après l'accouchement) et il change pour toujours les femmes qui le vive, que ce soit physiquement, psychologiquement ou émotionnellement.


Vous venez de passer 9 mois, à fabriquer un petit humain, au creux de votre ventre, vous avez été le centre des attentions, tout le monde n'avait d'yeux que pour vous.

Puis, en quelques instants, vous voilà désignée dernière roue du carrosse, désormais le monde tourne autour de ce bébé que vous avez mis au monde.

Première grave erreur du post partum dans les sociétés modernes ! Cette maman qui devrait être ravie, épanouie, sereine, extatique (selon les diktats culturels),... n'est plus au centre des attentions et pourtant, elle est absolument essentielle, vitale même, pour le petit être devant lequel tout le monde s'extasie.


Vous en conviendrez, elle et son bébé ont été relié 9 mois durant, ils ont cohabité, elle a pourvu à tous ses besoins in utero, il ne connaît qu'elle, son odeur, sa voix, son corps, jusqu'au rythme des battements de son cœur !

Et de son côté, cette femme, extraordinaire, vient de donner la vie à un mini humain, fait de chair et d'os, comment peut-il être envisageable de ne pas continuer à la placer au centre de nos préoccupations quand désormais, son corps qui a changé pendant 9 mois, doit refaire le chemin inverse, se métamorphoser à nouveau.

Sans parler de tout le processus hormonal et physiologique qui va se jouer également maintenant que ce corps ne porte plus de bébé...


Alors si je reviens à cette définition initiale, j'ai envie de dire que le post-partum, c'est la période qui suit l'accouchement, certes, mais que cette période n'a pas de date de fin, que cette fin appartient à chaque femme, sur le chemin de sa maternité !



Quels sont les enjeux du post-partum ?


Les heures, les jours, les semaines et les mois qui suivent la naissance du bébé sont essentiels dans son développement émotionnel et psychologique mais également dans la création du lien d'attachement entre ce dernier et sa mère, le co-parent, la fratrie, la famille élargie,...


Cette période est le terreau du devenir de ce nouveau-né ainsi que de toute la dynamique de la famille.

Quelle genre de maison voulez-vous bâtir sans de solides fondations ?! Et bien le post-partum c'est la fondation de votre avenir de parents ainsi que celle du futur de votre enfant et je sais que vous avez à cœur de lui en offrir un à la hauteur de votre amour pour lui.


Pour assurer de solides bases à votre enfant, contrairement aux idées reçues, il ne faut pas vous négliger chère maman, ni vous oublier. Prioriser vos besoins ne fera pas de vous une mauvaise mère, bien au contraire. Vous remettre au centre, fera de vous une mère disponible, dont les réservoirs physiques, affectifs, émotionnels,... seront remplis et qui sera donc parfaitement en mesure de remplir, par la suite, les réservoirs de son bébé, en le nourrissant, en le câlinant, en le berçant, en le rassurant, en le sécurisant, de nuit comme de jour.


Par ailleurs, ne négligez pas ce que vous vivez physiquement, pendant le post-partum. Qu'il s'agisse des lochies, des tranchées, des hémorroïdes, des cicatrices d'épisiotomie ou de césarienne, de la rétention d'eau, de douleurs articulaires, musculaires, osseuses, des montées de lait,...

Sans parler des changements d'ordres hormonaux et physiologiques plus connu aussi sous le nom de matrescence, qui vient de la contraction des mots maternité et adolescence et de la chute des hormones qui peut causer le baby blues. Il faut aussi, parfois, pour certaine, faire le deuil de ce ventre vide, de ce corps si différent "d'avant", ré apprendre à contempler son reflet dans le miroir, se ré approprier son intimité, sa sexualité...

Que de bouleversements, pourquoi les passer sous silence et les négliger. Ils existent! Nous ne sommes pas obligée de toutes les vivre, ou de les vivre de la même manière, ou au même degré, bien sûr, mais ils sont réels et il est évident que de vivre tout ceci devrait suffire à faire passer les mamans au premier plan des préoccupations durant le quatrième trimestre, ce fameux post-partum.


Je n'ai de cesse de dire qu'une maman heureuse = un bébé heureux et non le contraire. La dyade Mère/Enfant, même si le cordon ombilical n'est plus palpable, est toujours d'actualité après l'accouchement. Les besoins de ce petit mammifère ne peuvent, dans un premier temps, être comblés que par sa mère. Et cette mère a besoin du co-parent et de ses autres enfants pour être comblée dans ses propres besoins. C'est une boucle dans laquelle chacun est un maillon indispensable.




Comment bien vivre mon post-partum ?


Il n'y a pas de recette miracle, mais une chose est sûre : connaître l'existence du post-partum, les enjeux de cette période et l'anticiper peuvent vraiment aider !


Les 40 premiers jours après l'accouchement (aussi appelés "le mois d'or"), grands oubliés de nos sociétés occidentales, sont, dans de nombreuses cultures, pris très au sérieux. La maman et le bébé ne doivent jamais être séparés, ils sont collés l'un à l'autre, en peau à peau, dans un lit, dans une pièce chaude, rassurante, en sécurité et la maman n'a d'autres préoccupations que celles de se reposer, se nourrir, pour nourrir et prendre soin de son bébé ensuite. Tout un petit groupe de proches s'occupent de gérer sa maison, ses autres enfants s'il y a, de faire ses tâches quotidiennes, de lui préparer à manger, de la dorloter, elle et son bébé. Le rêve non ?!


Bien évidemment, avec les rythmes effrénés que nous connaissons, en France notamment, les attentes surréalistes qui pèsent sur les mamans, la durée du congé maternité et celle du congé du co-parent, 40 jours de vie ainsi mis entre parenthèse semblent complètement irréalisable. Mais d'un extrême à l'autre, il y a un juste milieu qui existe pour faire en sorte de mettre toutes les chances de notre côtés pour vivre un "quasi" mois d'or et ainsi offrir des bases solides pour le devenir de cet enfant et pour celui de toute la famille.





5 suggestions pour bien vivre son post-partum :


  • Anticiper, sur le plan pratique, les tâches du quotidien. Vous pouvez, lorsque vous cuisinez un plat, en faire une plus grande quantité et congeler le supplément, pour en profiter en post-partum. N'hésitez pas à vous faire tout un stock, pour tenir plusieurs jours / semaines, ou à demander à vos proches de participer et de cuisiner pour vous. Pensez aussi au ménage et aux lessives, vous pouvez solliciter là encore vos proches, ou faire appel à des sociétés d'aide-ménagère, ou noter l'idée sur la liste de naissance pour vous faire offrir des heures de prestations. Voyez ce mois d'or comme un voyage, vous n'avez pas envie, lorsque vous êtes en voyage de vous encombrer l'esprit avec les tâches ingrates du quotidien! Vous aurez suffisamment à faire, avec votre bébé, que vous apprendrez à connaître et c'est valable aussi pour le co-parent !


  • Construire votre village. Vous avez probablement déjà lu cet adage qu' "il faut un village pour élever un enfant", ce qui est tout à fait exact. Souvent, demander de l'aide, est perçu comme une faiblesse de nos jours, à tort ! Savoir dire quand c'est trop, quand on y arrive plus seul.e, quand on sent que la charge est si lourde qu'elle risque de nous faire craquer, c'est être suffisamment fort pour se protéger du pire. Alors faites une petite liste, elle n'a pas besoin de recenser 20 personnes, juste 3/4 personnes fiables, qui pourront vous soutenir, quelle que soit votre demande, à toute heure, pour vous soulager, vous relayer, vous aider, vous écouter,... Ne vous isolez pas, même à deux, en couple, on peut se sentir isolé. Il n'y a pas de honte à saisir une main tendue.


  • Éviter les visites les premiers jours. C'est souvent le sujet épineux, pas toujours compris, par la famille, par le co-parent même parfois, mais recontextualisons : est-il utile pour ce nouveau-né d'être pris par d'autres bras que ceux de ses parents, de sa mère, d'être stimulé (bruits, lumières, parfums...) alors qu'il vient de vivre le plus grand et éreintant voyage de sa courte existence ? Pour cette femme qui vient d'accomplir l'un des plus intense miracle de sa vie, est-il nécessaire de faire bonne figure, de s'habiller alors qu'elle veut son bébé en peau à peau ou qu'elle allaite, de faire la conversation alors qu'elle est épuisée?... Bien sûr qu'on a très envie de présenter notre merveille aux gens que l'on aime, mais les premiers instants ensemble sont si précieux, ils ne se revivront pas. N'oubliez pas, ils sont le terreau du développement du lien d'attachement avec votre enfant. Les visites peuvent surement attendre quelques jours, sur des créneaux horaire que VOUS aurez défini, pas à l'improviste. Vous pourrez également sensibiliser vos visiteurs aux enjeux de votre post-partum et les inviter à ramener de la nourriture, des boissons chaudes, vous faire un peu de vaisselle... plutôt que d'acheter une énième peluche pour bébé!


  • Ne négligez pas la femme qui vient de donner naissance. Elle doit être au cœur de nos préoccupations. Derrière un sourire, peut se cacher un grand désarroi, méfions-nous des faux semblants. La maternité est similaire à un tsunami sur le plan émotionnel, elle nous transporte dans les plus beaux endroits et la vague d'après, elle peut nous projeter au sol. Pour information, sachez que le suicide est la deuxième cause de mort maternelle (juste derrière les maladies cardio-vasculaires) et qu'environs 15% à 20% des mères sont touchées par la dépression du post-partum, alors préoccupons nous de la santé mentale des mères. Vous pouvez offrir de votre temps, l'appeler régulièrement, l'écouter, lui proposer une sortie, lui offrir des massages ou des soins à cette femme, la faire se sentir précieuse et essentielle en somme.


  • Soyez bienveillants, patients et tolérants envers vous-même. Rome ne s'est pas faite en un jour, personne ne devient le parent parfait en quelques heures. Scoop : personne ne devient jamais un parent parfait, c'est un mythe ! En revanche, c'est en se trompant que l'on apprend. Ne soyez donc pas trop exigeants envers vous, vous apprenez à vous découvrir avec votre enfant, vous ne vous connaissez pas encore et chacun doit prendre ses marques. Par ailleurs, le manque de sommeil peut être très éprouvant pour les nerfs de chacun et des tensions peuvent naître, là encore, tous les couples traversent ce passage à vide. Essayez de communiquer, de vous dire les choses, de ne pas nourrir d'amertume vis à vis de votre moitié, de passer le relai auprès des membres de votre village même, si c'est trop ! Mais le temps, l'amour et la douceur sont de précieux alliés pour construire les fondations de votre foyer. La lenteur est la clé du mois d'or, ne prévoyez rien, laissez-vous flotter au grès de vos envies et de vos besoins, au rythme de votre bébé.




D'autres questions peuvent survenir par la suite, pendant le post-partum : la reprise du travail, la poursuite de l'allaitement, le choix du mode garde,...

J'accompagne, bien sûr, les femmes, les couples et les familles pendant cette période charnière, en tant que Doula, alors si vous ressentez le besoin de me contacter, n'hésitez pas : Contact | Margot&Co (margotandco.fr)


Et surtout n'oubliez pas, vous êtes le parent parfait de votre enfant et personne ne pourrait faire mieux que vous ce que vous faites avec lui !




Si vous voulez approfondir le sujet, voici quelques livres qui regorgent d'informations et d'astuces :

- Le mois d'or, bien vivre le premier mois après l'accouchement, de Céline Chadelat et Marie Mahé-Poulin.

- Bien vivre le quatrième trimestre au naturel, de Julia Simon

- La vie rêvée du post-partum, d'Anna Roy

- Ceci est notre post-partum, d'Illana Weizman

- ...


Sans oublier les supers podcast, qui recensent des témoignages de femmes / d'hommes qui parlent sans tabou de leurs expériences :

- Bliss Stories

- La matrescence

- Donner naissance

- Histoire de Darons

- ...

29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout